Bertrand RELAVE

Portrait de Bertrand Relave, Police Nationale (Facebook)
2016 - Le gardien de la paix motocycliste Bertrand Relave trouve la mort dans un accident de la circulation au retour d'un service d'ordre en Savoie. Il avait 28 ans.

Il repose désormais au cimetière de Savigneux-en-Forez (Loire).
Dimanche 10 Juillet 2016. Trois policiers motocyclistes de la compagnie républicaine de sécurité N°46 basée à Sainte-Foy-lès-Lyon (Rhône) circulent sur l'autoroute A43 dans le sens Chambéry-Lyon. Ils reviennent d'un service d'ordre à l'occasion du festival Musilac en Savoie.

Vers 19h, alors que la formation atteint le tunnel de Dullin, près de la commune de Verel-de-Montbel, le gardien de la paix Bertrand Relave percute un véhicule automobile qui le précédait, surpris par un fort ralentissement. Il chute brutalement sur la glissière centrale de la voie rapide tandis que sa moto est projetée sur la voie opposée. Il décède des suites de graves blessures.

Originaire de la Loire, Bertrand Relave avait vingt-huit ans et vivait en concubinage avec Salomé.  Entré dans l'administration comme adjoint de sécurité opérant dans plusieurs circonscriptions stéphanoises, il devenait titulaire en 2010 et passait avec succès sa formation de motocycliste à l'école nationale de police de Sens (Yonne).

Affecté à la CRS N°46, il était décrit comme un policier de nature discrète mais efficace. Sa disparition a provoqué une vive émotion au sein de l'unité motocycliste zonale sud-est.

Mise en place d'un pot commun à cette adresse.

Sources et références :
Le Dauphiné Libéré du 10/07/2016, "Verel-de-Montbel, un motard de la CRS se tue sur l'A43"
Lyonmag du 11/07/2016, "Un CRS de Ste-Foy-lès-Lyon se tue en moto en Savoie"
France-Bleu Loire du 12/07/2016, "Un CRS stéphanois de 28 ans meurt en service"

Mentions légales

Toutes les informations et photographies contenues dans les récits qui suivent ont été obtenues à partir de recoupement d'articles de presse archivés et/ou numérisés dans les moteurs de recherches, et/ou à partir des nombreuses correspondances avec les proches des victimes. Les sources sont citées mais il faut rester prudent sur leur fiabilité.

Les propos injurieux, haineux, indécents et globalement hors sujet ne seront pas acceptés. Il s'agit avant toute chose de rendre hommage à ces personnes.

Tous droits réservés.