Noam BOULANGER

2014 - Le gardien de la paix Noam Boulanger est tué alors qu'il sécurise une zone d'intervention sur l'A6. Âgé de 36 ans, il était marié et père de deux enfants.

Si vous êtes un proche de la victime,
merci de me contacter.
Samedi 26 Juillet 2014. Les usagers de l’Autoroute A6 circulant en direction de Paris signalent la présence d'un véhicule Volkswagen abandonné sur la bande d'arrêt d'urgence à hauteur de Courcouronnes (Essonne). Il est 3h du matin. Un équipage de police de la Compagnie républicaine de sécurité autoroutière Sud Île-de-France basée à Massy se porte sur les lieux et établie aussitôt un périmètre de sécurité.

Le gardien de la paix Noam Boulanger venait de procéder au balisage de la zone au moyen de plots de signalisation lorsque le conducteur d'un poids lourd de la société DB Schenker vient pulvériser leur fourgon administratif.

En arrêt cardio-respiratoire, le policier est médicalisé sur place par les services de secours mais son décès est malheureusement prononcé. Son équipier est transféré au centre hospitalier Sud-Francilien de Corbeil dans un état grave.

Originaire de Saint-Joseph (Réunion), Noam Boulanger avait trente-six ans. Il avait débuté sa carrière dans la police nationale par un poste d'adjoint de sécurité à la Police aux frontières de l'aéroport Roland-Garros avant d'être reçu au concours de la police nationale et de faire ses classes pour décrocher ses galons de gardien de la paix.

D'abord affecté dans un commissariat de métropole pour les missions de police-secours, ce père de famille a ensuite rejoint la CRS n°5 de Massy et s'apprêtait à rentrer en congés bonifiés à La Réunion en novembre prochain pour notamment retrouver sa compagne et ses deux enfants.

Noam Boulanger était également un des nombreux membres actifs du collectif de gardiens de la paix (GPX 974) et avait demandé sa mutation pour La Réunion dès son arrivée dans l'Hexagone en 2008.

Mentions légales

Toutes les informations et photographies contenues dans les récits qui suivent ont été obtenues à partir de recoupement d'articles de presse archivés et/ou numérisés dans les moteurs de recherches, et/ou à partir des nombreuses correspondances avec les proches des victimes. Les sources sont citées mais il faut rester prudent sur leur fiabilité.

Les propos injurieux, haineux, indécents et globalement hors sujet ne seront pas acceptés. Il s'agit avant toute chose de rendre hommage à ces personnes.

Tous droits réservés.