Yassine ZOBIRI

2014 - Le brigadier-chef Yassine Zobiri est tué au cours d'une poursuite de véhicule. Marié, sans enfant, il avait 30 ans.

Si vous êtes un proche de la victime,
merci de me contacter.
Mercredi 5 Novembre 2014, 23h. Un équipage de la police municipale de Vénissieux (Rhône) décide de procéder au contrôle d'un véhicule de marque Renault Mégane dont le conducteur multiplie les infractions au code de la route. Mais l'individu refuse d'obtempérer et une course poursuite s'engage avec les policiers.

Sur la Route de Lyon, commune de Saint-Priest (Rhône), le conducteur de la Megane roulant à vive allure se déporte brutalement et vient heurter le véhicule de police qui le suivait de près. Ce dernier est dévié de sa trajectoire et entre en collision frontale avec un bus des transports en commun lyonnais qui circulait normalement sur sa voie centrale. Le choc est malheureusement fatal au conducteur du véhicule de police ; il s'agit du Brigadier-chef Yassine Zobiri ; son équipier, Pascal Dancette en ressort grièvement blessé.

La Renault Megane du fuyard est retrouvée non loin du lieu de l'accident ; il s'agit d'un véhicule faussement immatriculé, et déclaré volé depuis Juillet 2014.

Originaire du Rhône, Yassine Zobiri avait trente ans, il venait de s'installer avec son épouse sur la commune de Grigny (Rhône) depuis moins d'un an. D'abord engagé comme gendarme-adjoint en Haute-Garonne, il décidait de revenir dans la région lyonnaise après avoir réussi avec succès en 2007 son examen d'entrée dans la police municipale de Vénissieux.

Dimanche 9 Novembre 2014. Un individu âgé de vingt-sept ans se constitue prisonnier au commissariat d'Auxerre (Yonne), commune dans laquelle il avait trouvé refuge auprès de membres de sa famille. Il est mis en examen et écroué au terme de sa garde à vue aux chefs de : homicide involontaire aggravé, blessures involontaires et escroquerie.

Sources :
Journal officiel du n°0300 du 28 décembre 2014, page 22762, texte n° 85, "Citation à l'ordre de la nation"

Sandrine MORTAS

Crédit photo : FSPN - http://www.france-police-sport.org/
2014 - La gardienne de la paix Sandrine Mortas est tuée par le pilote d'un deux roues qui refuse de s'arrêter.

Âgée de trente-neuf ans, elle était mariée à Romuald et mère de trois enfants : Hugo, Lucie et Julie.

Entrée dans la police en 2002 à l'école de police de Roubaix (Nord), elle débute sa carrière à la circonscription de sécurité publique de Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis). Affectée à Évreux (Eure) depuis 2007, elle travaillait en brigade de roulement de jour au poste de police de La Madeleine.

Sandrine Mortas était passionnée par l'équitation et s'était portée volontaire pour rejoindre le dispositif de sécurité des jeux mondiaux.

La 234ème promotion de gardiens de la
paix, forte de 955 élèves, porte son nom.

Avec l'aimable autorisation de son époux.
Contexte : Été 2014. Les Jeux Équestres Mondiaux ont lieu pour la première fois en France, en Normandie. Cette célèbre épreuve réunit tous les quatre ans les championnats du monde de huit disciplines équestres. Du 23 Août au 7 Septembre, jusqu'à 500.000 spectateurs sont attendus. Pour un événement de cette envergure, des infrastructures adéquates et un service de sécurité conséquent étaient nécessaires.

Samedi 6 Septembre 2014. A Caen (Calvados), les policiers nationaux de la région on été sollicités en renfort pour un service d'ordre en marge du village équestre. La gardienne de la paix Sandrine Mortas se trouve sur un point de régulation du trafic routier, boulevard des Baladas, lorsqu'elle est percutée très violemment de dos par le pilote d'un deux-roues.

Accusant un taux d'alcoolémie de 2,38g, Mickaël Groult, trente-six ans venait de refuser d'obtempérer à une sommation de s'arrêter effectuée par un autre agent. Il est immédiatement interpellé et placé en garde à vue. Quant à Sandrine Mortas, elle est transportée aux urgences de l'hôpital de la ville avec un grave traumatisme crânien et plongée dans un coma artificiel.

Mercredi 10 Septembre 2014. Sandrine Mortas décède vers 2h30 du matin. Âgée de trente-neuf ans, elle était mariée à Romuald et mère de trois enfants : Hugo, Lucie et Julie.

Placé en détention provisoire pour une durée qui ne peut durer un an en matière correctionnelle, Mickaël Groult est inculpé pour "homicide involontaire, conduite sous l'empire d'un état alcoolique en récidive, défaut d'assurance, non-respect d'une mesure de sécurité".

Samedi 13 Septembre 2014. Les obsèques officielles de Sandrine Mortas ont lieu devant le Ministre de l'intérieur Bernard Cazeneuve. Elle est citée à l'ordre de la nation et nommée Lieutenant de police à titre posthume. Elle reçoit également le titre de Chevalier de la Légion d’Honneur, la Médaille de la Sécurité Intérieure, la Médaille pour Acte de Courage et de Dévouement et la Médaille d’Honneur de la Police Nationale, échelons or. (lire l'allocution)

Jeudi 10 Septembre 2015. Une stèle à la mémoire de Sandrine Mortas est dévoilée en présence de sa famille à l'intersection du boulevard des Baladas, en bas du viaduc de la Cavée, et du boulevard du Petit-Vallerent, face à l'entrée principale du parc-expo. La même semaine, la détention provisoire de Mickaël Groult prend fin.

Vendredi 20 Novembre 2015. Le tribunal correctionnel de Caen condamne Mickaël Groult à six ans de prison sans qu'il n'ait exprimé le moindre regret, ni même reconnu sa culpabilité.

Sources :
Hommage du 13/09/2014 rendu par M. Bernard Cazeneuve, minsitre de l'intérieur
Ouest-France, article du 09/09/2015, "Il y a un an, la policière mourait aux jeux équestres"
Normandie-Actu du 21/11/2015, "Policière de l'Eure tuée par un scooter à Caen. Six ans de prison" 

Noam BOULANGER

2014 - Le gardien de la paix Noam Boulanger est tué alors qu'il sécurise une zone d'intervention sur l'A6. Âgé de 36 ans, il était marié et père de deux enfants.

Si vous êtes un proche de la victime,
merci de me contacter.
Samedi 26 Juillet 2014. Les usagers de l’Autoroute A6 circulant en direction de Paris signalent la présence d'un véhicule Volkswagen abandonné sur la bande d'arrêt d'urgence à hauteur de Courcouronnes (Essonne). Il est 3h du matin. Un équipage de police de la Compagnie républicaine de sécurité autoroutière Sud Île-de-France basée à Massy se porte sur les lieux et établie aussitôt un périmètre de sécurité.

Le gardien de la paix Noam Boulanger venait de procéder au balisage de la zone au moyen de plots de signalisation lorsque le conducteur d'un poids lourd de la société DB Schenker vient pulvériser leur fourgon administratif.

En arrêt cardio-respiratoire, le policier est médicalisé sur place par les services de secours mais son décès est malheureusement prononcé. Son équipier est transféré au centre hospitalier Sud-Francilien de Corbeil dans un état grave.

Originaire de Saint-Joseph (Réunion), Noam Boulanger avait trente-six ans. Il avait débuté sa carrière dans la police nationale par un poste d'adjoint de sécurité à la Police aux frontières de l'aéroport Roland-Garros avant d'être reçu au concours de la police nationale et de faire ses classes pour décrocher ses galons de gardien de la paix.

D'abord affecté dans un commissariat de métropole pour les missions de police-secours, ce père de famille a ensuite rejoint la CRS n°5 de Massy et s'apprêtait à rentrer en congés bonifiés à La Réunion en novembre prochain pour notamment retrouver sa compagne et ses deux enfants.

Noam Boulanger était également un des nombreux membres actifs du collectif de gardiens de la paix (GPX 974) et avait demandé sa mutation pour La Réunion dès son arrivée dans l'Hexagone en 2008.

Didier RANGANAYAGUY

Source : Valérie Rangayanaguy, avec son aimable autorisation (tous droits réservés)
2014 - Le brigadier-chef Didier Ranganayaguy décède au cours d'un exercice de canyoning. Il était marié et père de deux enfants.
Jeudi 5 Juin 2014, 10h40. Le Brigadier-chef Didier Ranganayaguy, chef de groupe au sein du GIPN de La Réunion, effectue un exercice de canyoning dans le bassin La Paix à Bras-Panon (La Réunion) lorsqu'il est victime d'un malaise. Rapidement secouru par ses pairs, ils le découvrent en arrêt cardio-respiratoire. Les services de secours constatent son décès moins d'une heure plus tard. Il avait quarante-cinq ans.

Entré dans la police en 1993, "Christian" Ranganayaguy rejoignait succèssivement la Compagnie sportive de la Préfecture de police puis la Police aux frontières sur le site d'Orly. Il obtenait enfin une mutation sur son île natale en 2000 en intégrant l’Unité de police de proximité (UPP) de Saint-Denis (Réunion).

Dès 2001 il accomplissait avec succès les tests pour faire partie du GIPN local, menant de front sa carrière de policier. Il devenait chef d'unité en 2006. Sportif de haut niveau, il a longtemps joué à la Jeanne d’Arc, qui faisait partie de l’équipe de France police et qui a participé aux Jeux des Îles avec la sélection de La Réunion.

Père de deux enfants, Carole-Anne et Mathis, Didier Ranganayaguy était très impliqué auprès de la jeunesse, en tant qu’éducateur sportif ou encore entraîneur des moins de 19 ans de la Jeanne d’Arc avec lesquels il remporta un titre de champion de La Réunion. Une semaine auparavant, il venait d'organiser un tournoi de solidarité destiné à l’aider lui et sa famille à faire face à la grave maladie de son fils Mathis. Pas moins de 13 équipes avaient répondu à l’appel pour venir jouer à ses côtés.

Samedi 7 juin 2014, dans la cour du commissariat du Chaudron, à Saint-Denis, une cérémonie d'hommage s'est déroulée en présence d'environ 200 personnes, dont des membres du GIPN (Groupement d'intervention de la police nationale), de la police, de la gendarmerie et de l'armée. Didier Ranganayaguy est élevé au gade de capitaine de police à titre posthume.

Sources : Page réalisée avec l'aimable autorisation de sa famille.
Discours du 07/06/2014 de Monsieur Jean-Luc Marx, Préfet de la Réunion
.

Louis-Philippe HILDERAL

Le Brigadier Louis-Philippe Hilderal, avait 54 ans. Originaire du Lorrain, il était père de quatre enfants.

Si vous êtes un proche de la victime, merci de me contacter.
Mercredi 12 Mars 2014. La brigade anti-criminalité de Fort-de-France (Martinique), qui vient de procéder à l'interpellation d'un individu pour détention de stupéfiants, se trouve au commissariat local, Rue Victor Sévère. Vers 16h30, trois personnes dans un état d'énervement important se présentent au commissariat avec l'intention de demander des comptes sur l'arrestation de leur ami qu'ils jugent arbitraire, et en demandent la libération. Ils font face aux agents présents dans l'accueil qui tentent aussitôt de ramener l'ordre.

Particulièrement virulents, les trois individus refusent de quitter les lieux et finissent par porter des coups aux policiers. Trois d'entre eux sont blessés alors qu'ils procèdent à leurs interpellations. Alors que la situation est figée, l'un des brigadiers qui a contribué à les maitriser est victime d'un malaise cardiaque. Rapidement alertés, les services de secours sont dépêchés sur place pour tenter de le réanimer, et ce, pendant plus d'une heure. Ils constatent malheureusement le décès du brigadier Louis-Philippe Hidéral, cinquante-quatre ans.
 
Deux des individus à l'origine de la rixe sont mis en examen pour "violences volontaires sur agent de la force publique ayant entrainé la mort sans intention de la donner".

Originaire du Lorrain, le brigadier Louis-Philippe Hildéral est entré dans la police en 1983. Décrit comme rigoureux et diplomate, il était marié et père de quatre filles. Il a débuté sa carrière dans le 10ème arrondissement de Paris qu’il quittait en 1999 pour revenir sur sa terre natale, en Martinique. D'abord affecté à la brigade anti criminalité, puis au service général, il avait contribué à la création de la brigade spécialisée de terrain de Fort-de-France, où il était encore en fonction. 

Un précédent avait déjà eu lieu au commissariat de Strasbourg, la gardienne de de la paix Sandrine Mauclert avait trouvé la mort dans des circonstances similaires (lien).

Sources :
JORF n°0102 du 2 mai 2014 page 7586, texte n° 55, "Citation à l'ordre de la nation"
JORF n°0253 du 31 octobre 2014 page 18185, texte n° 1 , "Décret portant nomination à titre exceptionnel"
France-Antilles - 12/03/2014

Fabrice MARTIN

2014 - Le brigadier-chef Fabrice Martin est victime d'un accident de la circulation alors qu'il effectue la reconnaissance d'un trajet emprunté par le cortège présidentiel.
Dimanche 9 Février 2014. Cinq motards de la Formation motocycliste urbaine de Metz (Moselle) effectuent une mission de reconnaissance du parcours que devra emprunter le cortège du Ministre de l'intérieur, à l'occasion d'un déplacement sur le thème de la sécurité.

Le vent et la pluie balaient l'autoroute A30. Le brigadier-chef Fabrice Martin, trente-neuf ans se trouve au centre de la formation sur sa Yamaha FJR 1300 lorsque vers 9h15, quatre cents mètres après la bifurcation A31-A30, à hauteur de Richemont, en direction de Longwy, il perd le contrôle de son engin.

La chute l'emporte irrémédiablement vers la glissière de sécurité de l'autoroute. Le choc lui est fatal malgré la rapidité des soins prodigués par les équipes de secours. Selon les premiers éléments de l'enquête et les témoignages directs, une rafale de vent serait à l'origine du déséquilibre.

Mardi 18 Février 2014. Cérémonie officielle à l'hôtel de police de Metz. Originaire de la Moselle, Fabrice Martin est élevé au grade de brigadier-major à titre posthume. Il reçoit également la médaille d’honneur de la Police Nationale échelon or, ainsi que la médaille de la sécurité intérieure échelon or. Déclaration de Manuel Valls, ministre de l'intérieur : « J’ai rencontré ses camarades, c’est non seulement une famille, mais les motards constituent un corps particulier très uni. J’ai rencontré des hommes dignes mais touchés, bouleversés par la disparition  d’un homme reconnu pour son professionnalisme, et pour ses qualités humaines » a-t-il assuré. Le ministre avait ensuite rendu visite au père du policier, abattu par ce drame, pour faire part de ses ressentiments.

Sources :
Entretien avec Christine Montmedy, sa cousine.
Le Républicain Lorrain, article du 10/02/2014, "Un motard de la police se tue sur l'A30"
Lor'actu, article du 18/02/2014, "Manuel Valls à Metz pour les obsèques du policier tué à moto"
Club Motocycliste de la Police Nationale Alsace . Lorraine . Champagne-Ardenne
Lien: http://cmpn-alca.fr/   

Mentions légales

Toutes les informations et photographies contenues dans les récits qui suivent ont été obtenues à partir de recoupement d'articles de presse archivés et/ou numérisés dans les moteurs de recherches, et/ou à partir des nombreuses correspondances avec les proches des victimes. Les sources sont citées mais il faut rester prudent sur leur fiabilité.

Les propos injurieux, haineux, indécents et globalement hors sujet ne seront pas acceptés. Il s'agit avant toute chose de rendre hommage à ces personnes.

Tous droits réservés.