Christian SIMOENS

1999 - Le gardien de la paix Christian Simoens est abattu par un individu qu'il surprend en train de tenter de voler un véhicule.

Entré dans la police en 1978, il était marié et père de trois enfants. Il avait 44 ans. Cité à l'ordre de la nation, il est nommé lieutenant de police à titre posthume.

Page réalisée avec l'aimable autorisation de sa famille.
Mercredi 31 Mars 1999. Vers 2h30 du matin, un riverain vigilent signale la présence d'un individu qui rôde autour de son véhicule en stationnement sur la Place Charles de Gaulle à Bailleul (Nord).

Deux gardiens de la paix en tenue arrivent rapidement sur les lieux et perçoivent des mouvements suspects dans un fourgon Mercedes. Un individu se trouve effectivement à l'intérieur, vêtu d'un treillis de commando, coiffé d'un bonnet sombre et maquillé tout de noir. Visiblement bien préparé et expérimenté, il n'hésite pas un seul instant à tirer à bout portant en direction des deux policiers qui se présentent à la proximité immédiate du camion au moyen d'un fusil à pompe.

Le gardien de la paix Christian Simoens, quarante-quatre ans, est touché mortellement en pleine poitrine. Le gardien de la paix Michel Walczak applique trois tirs pour neutraliser le malfaiteur, en vain. Ce dernier fait à nouveau feu dans sa direction et parvient à prendre la fuite dans une Volkswagen Golf. Il laissait sur place deux cartouches de fusil, un couteau commando qui porte les mystérieuses initiales "ROKA" et emportait un butin bien maigre : deux bouteilles de vins, un porte-clefs, un autoradio.



Le service régional de la police judiciaire de Douai (Nord) est chargé de l'enquête par le procureur de la république d'Hazebrouck pour "homicide volontaire sur personne dépositaire de l'autorité publique". Elle s'annonce rude et piétine les deux premiers mois. les policiers s'orientent d'abord vers les milieux paramilitaires et terroristes. Les cicatrices laissées par l'affaire du gang de Roubaix sont encore bien présentes. Les policiers ont quelques pièces du puzzle, mais ils ne parviennent pas à identifier l'auteur. Mille sept cents propriétaires de Golf sont ainsi interrogés ; les réseaux paramilitaires et supposés terroristes sont passés au crible dans la région. En vain.

Une note de recherches diffusée par delà les frontières attire néanmoins l'attention d'un inspecteur de la police judiciaire de Bruges (Belgique). Le 22 Avril, il avait contribué à l'arrestation d'un jeune homme demeurant à Dranouter, près de la frontière française. Ronny Arnout, vingt-huit ans, avait alors été intercepté en flagrant délit de vol d'un engin de levage sur un chantier. A son domicile, les policiers avaient découvert un fatras d'objets hétéroclites dont le détail aura de l'importance.

Le policier belge se rappela que ce suspect, au casier judiciaire chargé, était porteur au moment de son arrestation d'un treillis militaire, tout comme le meurtrier du gardien de la paix Simoens. Il reprit le dossier de Ronny Arnout. Il comprit avec stupéfaction que les initiales des prénoms et du nom de Rudy Oskar Kornelus Arnout correspondaient à la mystérieuse inscritption "ROKA" retrouvée sur le manche du couteau abandonné près du corps du policier !

Mardi 25 mai 1999. Le SRPJ se rend à Ypres (Belgique) sur commission rogatoire. En prison, ils interrogent Arnout, vingt-huit ans, toujours en détention préventive. Une ultime vérification permit d'acquérir la certitude que le jeune flamand était bien le meurtrier du policier nordiste : parmi les objets retrouvés à son domicile figuraient ceux dérobés dans la camionnette de Bailleul.

Arnout dicte des aveux circonstanciés et reconnait indirectement le meurtre du gardien de la paix. Mais il est de nationalité belge, et la Belgique pas plus que la France n'extrade ses nationaux.

Vendredi 11 octobre 2002. La cour d'assises de Flandre occidentale sise à Bruges ouvre le procès de Ronny Arnout, déjà arrêté à dix reprises entre 1995 et 1999 pour des cambriolages. Arnout prétend au cours de son procès que c'est en voulant s'échapper de la camionnette qu'un coup de feu accidentel serait parti, « sans intention de tuer le policier ». Cette thèse ne convint absolument personne. Après une semaine d'audience, le meurtrier du gardien de la paix Simoens est condamné à trente ans de réclusion criminelle.

Avril 2012. Arnout bénéficie d'une libération conditionnelle... En novembre de la même année, il incendie volontairement sa maison individuelle en créant une explosion de gaz dans son garage.Geste qu'il interprète comme une tentative de suicide.

Février 2015. Arnout est condamné pour "incendie criminel" et "mise en danger de la vie d'autrui" à une peine de deux ans de prison et six cents euros d'amende par le tribunal d'Ypres (Belgique).


Sources :
Journal officiel du 10/04/1999, page 5314, "Citation à l'ordre de la nation"
Journal télévisé du 31/03/1999, "Reportage à la 42ème minute"
La Voix du Nord du 05/04/2009, "31 Mars 1999, Christian Simoens, policier bailleulois, était abattu en pleine rue"
Le Soir du 26/05/1999 , "Le meurtrier d'un policier français arrêté à Ypres"
Le Soir du 12/10/2002 , "Il avait abattu un policier français"
HLN Nieuws du 16/12/2014 , "Le meurtrier d'un policier en procès pour un incendie criminel"
HLN Nieuws du 17/02/2015 , "Deux ans de prison pour incendie criminel'"

Mentions légales

Toutes les informations et photographies contenues dans les récits qui suivent ont été obtenues à partir de recoupement d'articles de presse archivés et/ou numérisés dans les moteurs de recherches, et/ou à partir des nombreuses correspondances avec les proches des victimes. Les sources sont citées mais il faut rester prudent sur leur fiabilité.

Les propos injurieux, haineux, indécents et globalement hors sujet ne seront pas acceptés. Il s'agit avant toute chose de rendre hommage à ces personnes.

Tous droits réservés.