Robert DREANO

1997 - Le capitaine Robert Dréano est abattu par un individu à qui il vient remettre une convocation dans le cadre d'une enquête.

Si vous êtes un proche de la victime, merci de me contacter
Jeudi 27 Mars 1997. Deux policiers de l'unité judiciaire de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) se rendent rue Jacques Offenbach dans le quartier Laënnec au domicile de Pascal Barret, vingt-cinq ans, chômeur. Les policiers doivent lui notifier deux convocations devant un juge pour des délits de droit commun.

Alors qu'ils se présentent devant la porte de l'intéressé au quatrième étage en annonçant leur qualité, les policiers n'obtiennent aucune réponse. L'un d'eux décide de glisser les convocations sous la porte. Un coup de feu retentit. Il est 15h45. Le Capitaine de police Robert Dréano, cinquante-et-un ans, est blessé mortellement au ventre par un projectile de gros calibre. Son équipier le place à l'abri et demande du renfort.

Le quartier est bouclé. Le forcené se retranche dans l'appartement et se met à tirer dans la rue au hasard avec son fusil à pompe, blessant une jeune femme au volant de son véhicule. Le Groupe d'Intervention de la Police Nationale de Rennes intervient pour le neutraliser. Alors que les négociations durent et demeurent sans réponses, ces policiers expérimentés retrouvent le corps de l'individu décédé. Pascal Barret a mis fin à ses jours.

Dans l’appartement les enquêteurs tombent sur un véritable arsenal : 2 500 cartouches et de nombreuses armes. Deux lettres ouvertes, écrites quelques jours plus tôt, trônent dans la pièce principale. L’une pour les policiers, l’autre pour les juges, dans lesquelles il exprime un délire paranoïaque et sa volonté de s’en prendre à la police. C’est un véritable guet-apens qu’il a organisé sachant que la police allait à tout moment le contacter. L'enquête fait apparaître que Pascal Barret s’était déjà illustré en adressant au Président de la République un courrier menaçant au nom d’un groupe terroriste sorti de son imagination.

En poste au commissariat de Saint-Nazaire depuis 1972, le Capitaine de police Robert Dreano était marié à Claudette et père de trois enfants : Catherine, Rémy et Laure. Nommé Commissaire de police à titre posthume et élevé au grade de chevalier de la légion d'honneur, il repose désormais au cimetière de l'Immaculée à Saint-Nazaire.

Juin 1998. Sortie de la deuxième promotion d'officiers de police à l'école nationale supérieure de police de Cannes-Ecluses. Elle porte le nom de Robert Dréano.

Avril 2013. Le square Kerfaouët à Saint-Nazaire est rebaptisé sous le nom de Robert Dréano.


Sources :
JORF n° 92 du 19/04/1997, page 5954, "Citation à l'ordre de la nation"
JORF n°166 du 19/07/1997 page 10844, "Décret portant nomination à titre exceptionnel"
Ouest-France du 18/04/2013, "Personne n'oubliera Robert Dreano, abattu en 1997"
L'écho de la presqu'île du 18/04/2013, "L'hommage au policier mort il y a 16 ans"

Mentions légales

Toutes les informations et photographies contenues dans les récits qui suivent ont été obtenues à partir de recoupement d'articles de presse archivés et/ou numérisés dans les moteurs de recherches, et/ou à partir des nombreuses correspondances avec les proches des victimes. Les sources sont citées mais il faut rester prudent sur leur fiabilité.

Les propos injurieux, haineux, indécents et globalement hors sujet ne seront pas acceptés. Il s'agit avant toute chose de rendre hommage à ces personnes.

Tous droits réservés.