Patrice JAY

Source : Le Dauphiné libéré du 19/12/2013
1996 - Le Capitaine Patrice Jay est tué par un forcené qui tire au jugé dans les rues de Montélimar. Il avait 37 ans.

Originaire de Bourg-de-Péage, il était marié à Brigitte, et père de deux enfants : Adrien et Lucile. Entré à l'âge de dix-neuf ans dans la police, il réussit le concours de Lieutenant de police et intègre la corps urbain de Vitry-sur-Seine en 1986. Nommé Capitaine de police en 1993, il est muté à sa demande à Montélimar.

Si vous êtes un proche de la victime, merci de me contacter.
Jeudi 24 Octobre 1996. Une vive altercation éclate entre un chasseur et un marginal sur les berges du Jabron, la rivière qui traverse la commune de Montélimar (Drôme). Ce dernier est connu par les riverains pour vagabonder régulièrement en état d'ivresse avancée. Il s'agit d'André Vuattoux, cinquante ans.

Vuattoux parvient à désarmer le chasseur et s'empare de ses munitions. Il n'hésite pas à retourner le fusil contre son propriétaire et le blesse au dos et au bras. Des témoins de la scène font appel à la police. Il est 11h30. Le marginal erre désormais dans les rues de Montélimar et tire au jugé en direction des policiers intervenants.

Près de l'école de Margerie, les gardiens de la paix Didier Barrière et Michel George sont pris pour cible et atteints par des projectiles. Alors qu'il gagne la route de Dieulefit, Vuattoux blesse deux autres policiers, les gardiens de la paix Jean-Claude Lavarello et Jean-Pierre Péjout. Le Capitaine Patrice Jay, officier de police judiciaire de permanence, se rend sur les lieux.

Le forcené est désormais retranché sur un parking d'une grande surface. Dissimulé entre les voitures, il tient en respect les policiers qui se manifestent. Le gardien de la paix Eric Brunetti est atteint deux fois par des tirs. Le Capitaine Patrice Jay quitte dans le même temps un angle de mur et s'approche du forcené, arme au poing. Il espère sans doute le maitriser, mais le forcené effectue un quart de tour et fait feu à bout portant sans aucune hésitation.

L'officier s'écroule, tué sur le coup. Les autres intervenants ripostent aussitôt et atteignent le malfaiteur à la jambe, qui trouve tout de même la force de fuir et de se réfugier dans le jardin d'un pavillon du quartier de Montlouis. Il est enfin interpellé, mais le bilan est lourd : un officier de police est tué, cinq gardiens de la paix et deux civils sont blessés par arme à feu.

25 Novembre 1996. Le Capitaine Patrice Jay est nommé à titre posthume Commissaire de Police et cité à l'ordre de la nation. Il reçoit la croix de la légion d'honneur ainsi que la médaille d'or pour acte de courage et de dévouement, avec palme.

20 Novembre 1998. La cour d'assises de la Drôme a condamné à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d'une période de sûreté de vingt-deux ans André Vuattoux. Il est toujours incarcéré à ce jour.

19 Décembre 2013. Une cérémonie présidé par le député maire Franck Reynier inaugure une place au nom du Commissaire de police Patrice Jay, rue Paul Loubet, en présence de la famille du défunt.


Sources et références :

Journal officiel du 03/11/1996, page 16069, "Citation à l'ordre de la nation"
Le Dauphiné Libéré du 19/12/2013, "Inauguration du parking Patrice-Jay"
Libération du 21/11/1998, "Perpétuité pour le meurtre d'un agent"
Le Télégramme du 25/10/1996, "Un forcené tue un policier et blesse 6 personnes à Montélimar"

Mentions légales

Toutes les informations et photographies contenues dans les récits qui suivent ont été obtenues à partir de recoupement d'articles de presse archivés et/ou numérisés dans les moteurs de recherches, et/ou à partir des nombreuses correspondances avec les proches des victimes. Les sources sont citées mais il faut rester prudent sur leur fiabilité.

Les propos injurieux, haineux, indécents et globalement hors sujet ne seront pas acceptés. Il s'agit avant toute chose de rendre hommage à ces personnes.

Tous droits réservés.