Gérald POTTIER

1989 - Le brigadier-chef Gérald Pottier trouve la mort dans un accident d'hélicoptère alors que son équipage lutte contre un important incendie de forêt près d'Aubagne.

Marié et père d'un enfant, il est cité à l'ordre de la nation et fait chevalier de la légion d'honneur.
Lundi 17 juillet 1989. Un hélicoptère bombardier d'eau type dragon 13.1 Ecureuil AS350 de la Sécurité Civile de la base de Marignane gagne le massif de la Sainte-Baume dans le secteur de la Grande Vigne, où un important incendie s'est déclaré. A bord se trouvent quatre membres d'équipage très expérimentés, qui vont lutter toute l'après midi contre les flammes gigantesques ayant dévoré une quinzaine d'hectares de garrigue et de pinède.

Une zone d'atterrissage pour permettre le ravitaillement en carburant est improvisé sur le stade de football de la commune de Gemenos (Bouches-du-Rhône).

Mais un drame se produit aux environs de 20h15 alors que la mission prend fin et que l'équipage décolle pour rejoindre la base depuis le stade. L'appareil subit une résonance-sol qui le rend violemment instable. Il vient s'abîmer à plusieurs reprises au sol avant de se désintégrer entièrement.

On relève trois blessés : le pilote Christian Lavignac et deux pompiers membres du CODIS 13 et malheureusement un mort : le mécanicien sauveteur secouriste Gérald Pottier, cinquante ans.

Originaire du Nord, Marié et père d'un enfant, Gérald Pottier est entré dans la police nationale en 1962. Ses compétences lui permettent d'être détaché rapidement à la sécurité civile, d'abord à la base de Quimper dès 1965, puis à Nice en 1974, à Lille en 1979, et enfin à Marignane depuis 1981.

Décrit comme un homme de conviction très engagé au service de la collectivité, il menait très régulièrement de manière anonyme et totalement désintéressée le combat contre les incendies de forêt. A Gemenos, Avenue de la 2ème Division Blindée, entre l’école maternelle Vessiot et l’entrée du parc Jean-Baptiste d'Albertas, une place éponyme et une stèle commémorative honorent désormais sa mémoire. A Vitrolles, la caserne de sapeurs pompiers porte également son nom.

Sources
Entretien avec Ludovic Pottier
Le Monde du 19/07/1989, "Un hélicoptère de la sécurité civile s'écrase : un mort, trois blessés"

Mentions légales

Toutes les informations et photographies contenues dans les récits qui suivent ont été obtenues à partir de recoupement d'articles de presse archivés et/ou numérisés dans les moteurs de recherches, et/ou à partir des nombreuses correspondances avec les proches des victimes. Les sources sont citées mais il faut rester prudent sur leur fiabilité.

Les propos injurieux, haineux, indécents et globalement hors sujet ne seront pas acceptés. Il s'agit avant toute chose de rendre hommage à ces personnes.

Tous droits réservés.