Eric BLAUWART

Dimanche 15 Janvier 1989. Eric Blauwart, jeune inspecteur de police affecté à Villeneuve-D'Asq (Nord) se rend à son service avec son véhicule Peugeot 205 en empruntant l'autoroute Lille-Paris. Il n'y arrivera jamais. On retrouve son corps dans son véhicule gravement accidenté, victime de plusieurs tonneaux. L'affaire est classée sans suite et entre dans les mauvaises statistiques de la sécurité routière.

Mercredi 3 Mai 1989. Joao Santos, vingt ans, se présente au commissariat de Tourcoing (Nord) avec l'intention de confesser plusieurs délits, et plus particulièrement un crime qu'il a commis au début de l'année. Très défavorablement connu des services de police, il indique de façon très précise qu'il est responsable de la mort d'un jeune policier quelques mois plus tôt. Ce dernier circulait à pieds sur l'autoroute et faisait du stop, lorsque le jeune inspecteur s'est arrêté sur le bas-côté en pensant qu'il se trouvait en difficultés. Il proposait de le transporter jusqu'en ville, et une discussion s'engageait entre eux deux.

Alors que Santos exprimait ses déboires et son quotidien difficile à son bon samaritain, Eric Blauwart lui apprenait qu'il connaissait bien cet engrenage d'échecs de par son point de vue de policier. En apprenant son métier, Santos s'emportait et s'emparait du volant de la 205 pour virer à droite. La voiture partait dès lors en dérapage et venait percuter un arbre après avoir fait plusieurs tonneaux. Santos s'en sortait indemne, tandis que le jeune inspecteur de police était mortellement éjecté du véhicule. L'inspecteur Eric Blauwart était âgé de vingt-cinq ans.

Je recherche d'avantage d'informations sur cet évènement et sur la victime. Merci de me contacter si vous êtes un proche afin d'établir avec votre accord une page dédiée plus appropriée.

Mentions légales

Toutes les informations et photographies contenues dans les récits qui suivent ont été obtenues à partir de recoupement d'articles de presse archivés et/ou numérisés dans les moteurs de recherches, et/ou à partir des nombreuses correspondances avec les proches des victimes. Les sources sont citées mais il faut rester prudent sur leur fiabilité.

Les propos injurieux, haineux, indécents et globalement hors sujet ne seront pas acceptés. Il s'agit avant toute chose de rendre hommage à ces personnes.

Tous droits réservés.