Louis GODIN

1980 - Le brigadier Louis Godin est tué dans une fusillade déclenchée par trois malfaiteurs surpris en flagrant délit de vol à main armée. Il avait trente-quatre ans.

Originaire du Nord, Louis Godin était marié à Chantal et père de trois enfants : Bernard, Isabelle et Marilyse.

Entré dans la police à l'école de Sens, il rejoint une compagnie républicaine de sécurité et participe activement aux évènements de Mai 1968.

Affecté au commissariat de Waziers (Nord), il finit par muter à Rouen avec le grade de brigadier. Avant le drame, Louis Godin entreprenait de passer un concours interne pour devenir officier de paix... mais ne le deviendra qu'à titre posthume.

Décrit  comme un père aimant et bon époux, il laisse une famille anéantie. 

Si vous êtes proche de la victime,
merci de me contacter.
Mercredi 10 Septembre 1980. Des riverains inquiets signalent une violente dispute entre plusieurs personnes au Crédit du Nord, établissement bancaire située rue Jeanne D’Arc dans le centre-ville de Rouen (Seine-Maritime).

Il s'agit en fait de trois malfaiteurs qui viennent d'entrer de force, armes aux poings, par l'entrée réservée au personnel. Ils retiennent le directeur et huit employés dans l'attente de vider les coffres.

Lorsque l'équipage composé de trois gardiens de la paix arrive sur place, les truands sortent de la banque au même instant. Une intense fusillade éclate dans une lutte tout à fait inégale. Les malfaiteurs sont effectivement armés de pistolets automatiques type Browning et Beretta, et même d'une mitrailleuse de type Sten MKII de calibre 9mn.

Le brigadier Louis Godin est blessé mortellement à la tête. Le gardien de la paix Jean-Claude Poret est frappé par deux projectiles au bras. Le chauffeur du véhicule de police n'a que le temps de se mettre à couvert pour éviter la quinzaine de balles tirées dans leur direction. Les malfaiteurs parviendront à s'enfuir avec leur butin.



L'enquête aboutit à l'identification de trois ressortissants italiens. Martino Soci est interpellé par la police néerlandaise trois semaines après les faits dans le train qui l'emmenait d'Amsterdam vers Copenhague. C'est dans cette dernière ville qu'un complice Sergio Settimo est également arrêté. Quant à Andreino Fabris, il est interpellé en 1981 en Belgique.

En mars 1985, la cour d'assises de Seine-Maritime condamne Soci à la réclusion criminelle dite à perpétuité. Settimo, identifié comme étant l'auteur du coup de feu mortel, est extradé et condamné à perpétuité par la cour d'assises de Turin où d'autres vols qualifiés lui sont imputés. Fabris n'a jamais été jugé, il a été tué au cours d'une tentative d'évasion en Belgique en 1984.


Sources :
Entretien avec Pierre-Louis Collet, neveu.
Le Monde, article du 11/09/1980, "Un policier est tué au cours d'une tentative de hold-up à Rouen"
Journal télévisé du 10/09/1980 (reportage à 18mn35)

Liens similaires