Lucien BIRONNEAU

1977 - Le brigadier Lucien Bironneau est fauché volontairement par le conducteur d'un véhicule suspect à Paris. Il était marié et père de deux enfants.

Son meurtrier n'a jamais été retrouvé.


Vendredi 17 Juin 1977. Deux motards de la Préfecture de police, affectés aux équipes de répression spéciales de nuit, sont postés à hauteur du Quai de Bercy et du Quai de la Rapée dans le 12ème arrondissement de Paris. Observant le flux de véhicules, ils remarquent le conducteur d'une Austin qui roule à très vive allure dans leur direction. Le brigadier Lucien Bironneau se porte sur la voie et effectue les gestes réglementaires afin d'inciter le contrevenant à se ranger sur le côté.

Contre toute attente, ce dernier éteint ses phares et se déporte intentionnellement vers le motard pour le faucher. Le choc est si violent que le policier est éjecté à plusieurs dizaines de mètres du point d'impact. Le second policier tire à plusieurs reprises pour immobiliser l'Austin,... en vain.

Le policier est transporté dans un état très grave à l’hôpital de la Salpêtrière dans le 13ème arrondissement. Malgré les interventions chirurgicales, il succombe à une hémorragie interne le 20 juin 1977.

On ne retrouvera jamais son meurtrier.

Le brigadier Lucien Bironneau était affecté à la compagnie motocycliste de la Préfecture de Police, brigade de nuit,  rue Chanoinesse à Paris. Né le 9 Novembre 1936, il était marié et père de deux enfants : Claude, âgé de 16 ans et Valérie, 7 ans. Une cérémonie a eu lieu dans la cour d'honneur de la Préfecture de Police ; il repose désormais au cimetière de Sucy-en-Brie (Val de Marne). Son nom est inscrit sur le monument des victimes du devoir dans la cour d'honneur de la préfecture de police, ainsi qu'à Chanoinesse. 

Sources : Entretien avec Valérie Bironneau

Mentions légales

Toutes les informations et photographies contenues dans les récits qui suivent ont été obtenues à partir de recoupement d'articles de presse archivés et/ou numérisés dans les moteurs de recherches, et/ou à partir des nombreuses correspondances avec les proches des victimes. Les sources sont citées mais il faut rester prudent sur leur fiabilité.

Les propos injurieux, haineux, indécents et globalement hors sujet ne seront pas acceptés. Il s'agit avant toute chose de rendre hommage à ces personnes.

Tous droits réservés.