Philippe CIPOLLA

2017 - Le gardien de la paix motocycliste Philippe Cipolla est victime d'un accident de la circulation alors qu'il se trouve en service à Angers.

Marié et père de deux enfants, il avait 44 ans. (Photo Actus CMPN)
Samedi 2 Septembre 2017. Deux gardiens de la paix membres de la formation motocycliste urbaine d'Angers (Maine-et-Loire) marquent un arrêt à hauteur d'une station service du Boulevard Bouchemaine, avec l'intention de vérifier la pression de leurs pneumatiques.

Tandis que son équipier inspecte sa moto, le gardien de la paix Philippe Cipolla effectue une ronde dans le secteur. Vers 19h20, sur cette même voie, un automobiliste qu'il est sur le point de doubler vient malheureusement le faucher. Le choc est fatal au motard âgé de quarante-quatre ans.

Originaire de Cholet, Philippe Cipolla était marié à Carine et père de deux enfants : Madeleine et Suzanne. Nommé Major de police à titre posthume, il reçoit également la médaille d'honneur de la police nationale, échelon or ainsi que la médaille de la sécurité intérieure.

Entré dans la Police en 1993, issu de la 127ème promotion de l'école nationale de police de Paris, il avait rejoint la FMU d'Angers en 2005 et devait intégrer la semaine suivante la brigade anticriminalité. Décrit comme un policier exemplaire, boxeur et spécialiste d'arts martiaux, motocycliste confirmé, Philippe était doté d'un grand sens de l'amitié et d'une grande valeur morale et professionnelle.

Sources et références :
JORF n°0211 du 9 septembre 2017, texte n° 26, "Citation à l'ordre de la nation"
Ouest-France du 02/09/2017, "Angers, un motard de la police meurt dans un accident de la route"
Ouest-France du 06/09/2017, "L'hommage solennel au motard décédé dans un accident"
Le Courrier de l'Ouest du 06/09/2017, "La Police rend les honneurs au motard tué accidentellement"

Mentions légales

Toutes les informations et photographies contenues dans les récits qui suivent ont été obtenues à partir de recoupement d'articles de presse archivés et/ou numérisés dans les moteurs de recherches, et/ou à partir des nombreuses correspondances avec les proches des victimes. Les sources sont citées mais il faut rester prudent sur leur fiabilité.

Les propos injurieux, haineux, indécents et globalement hors sujet ne seront pas acceptés. Il s'agit avant toute chose de rendre hommage à ces personnes.

Tous droits réservés.